Le gardien

Sébastien

Portait du gardien

Bienvenue au refuge d’Avérole, situé en Haute-Maurienne, sur la commune de Bessans, à 2210 mètres d’altitude et point de départ de nombreuses randonnées.

Depuis maintenant seize ans, je garde ce refuge, implanté dans un espace sauvage et préservé. Ce métier est une vocation de longue date pour moi, puisque j’ai commencé à l’exercer dès l’âge de…21 ans. Étudiant, j’ai d’abord travaillé en tant qu’aide gardien au refuge d’Ambin avec ma cousine, gardienne en titre, dont j’ai pris la succession. Après quatre ans dans ce petit bâtiment de trente places, perdu dans un petit vallon sauvage du massif des Alpes Grée, j’ai pris en charge le refuge d'Avérole. C’était en 2004, voilà seize ans.

Mon métier de gardien

J’aime avant tout partager, faire découvrir la montagne aux familles et aux enfants. Les enfants, sont les montagnards de demain, et si le message passe bien, ils auront envie de revenir en refuge, de vivre des aventures en montagne à l’âge adulte. La dimension écologique et environnementale d’un refuge est aussi une motivation importante pour exercer ce métier pas tout à fait comme les autres : le refuge est un avant-poste unique pour évoquer ces questions. Il est situé au cœur de la nature la plus sauvage, autonome en énergie et en eau, où l’on fait attention à nos déchets, à ce que l’on mange, à ce que l’on boit.

Je suis gardien de refuge, mais pas seulement, car je suis aussi créateur d’une brasserie artisanale (dont les bières peuvent être dégustées au refuge) et pisteur secouriste à Aussois.

Garder le refuge d’Avérole : une belle aventure

D’une capacité d’accueil de 85 places, le refuge d'Avérole comprend deux bâtiments. J’ai tout de suite aimé la facilité d’accès de cet ensemble, notamment pour les familles, mais aussi son ambiance sauvage.

J’ai immédiatement été attiré par le fort potentiel de développement du refuge. Nous sommes à l’écart des sentiers battus, dans de grands itinéraires de randonnée. Il n’y avait au départ plus de sentier balisé, pas de circuit. Entre 2006 et 2008, nous donc avons mis au point le Tour de la Bessanaise avec deux autres refuges italiens.

A l’origine, le refuge était bien pensé dans sa conception en deux parties distinctes, mais nécessitait d’importants travaux d’aménagement. Nous avons néanmoins réhabilité la cuisine, créé un petit salon, une salle de lecture, une salle hors sac, un coin jeu pour les enfants, une chambre famille.

 

Au plaisir de vous voir là-haut

Sébastien Notter, le gardien

Facebook

Suivez le refuge sur Facebook

www.facebook.com/refugedaverole